** Pourquoi une écharpe, plutôt qu'un porte-bébé? **

Extrait du livre : "Bébé est là, vive Maman" du docteur Bernadette de Gasquet :

Deux points de vue sont à considérer, celui du bébé bien sûr mais également celui du porteur, ou surtout de la porteuse. En effet le choix du porte-bébé est particulièrement crucial pour la mère car la période de suites de couches est un moment de grande fragilité pour le dos, le ventre, la statique générale et le périnée !
Observons d'un point de vue mécanique les porte-bébés qui sont proposés habituellement.
L'enfant n'y est plus dans une position fœtale. Il est assis, jambes pendantes. Son corps est alors à la fois en extension et en tassement. Dès lors, rien ne le maintient vraiment, il ballote dans l'espace, la tête part en arrière, il est plié sur lui-même dans la pesanteur.

De plus , ces porte-bébés ventraux placent généralement le bébé trop bas : la tête au niveau des seins, ce qui n'est absolument pas une position normale de contact. Et en effet, personne n'aurait l'idée de placer spontanément dans ses bras un bébé à cette hauteur ! Le visage du bébé, lorsqu'il est tourné vers le porteur, est plutôt spontanément placé au contact du cou de la mère ou du père et non au niveau du sternum.
On peut aussi se demander ce qu'il en est de la circulation sanguine dans les jambes de bébé au bout d'une heure de promenade. Avez-vous essayé de rester assis longtemps au bord d'une table ou sur un tabouret de bar, les jambes dans le vide ?
Au travers de toutes ces remarques, vous constaterez par vous-mêmes que très peu de porte-bébés sont réellement physiologiques.



Que faut-il donc pour éviter les effets néfastes du portage ventral, tant pour la mère que pour le bébé ?

Le porte-bébé doit permettre :







1- de remonter suffisamment les cuisses de bébé comme dans un portage traditionnel, au lieu d'avoir les jambes pendantes ; ainsi son dos sera tenu, il retrouvera la position fœtale et sera plus "compact" ; ne représentant plus un «levier» aussi important, il sera également moins pesant pour le porteur (moins de mal de dos).

2- de placer le bébé très haut, la tête au niveau du menton de la mère, pour un meilleur contact et pour moins tirer
dans le vide et vers le bas ;

3- de plaquer le tout-petit contre le corps de sa mère, toujours pour le contact et pour éviter l'effet levier qui oblige la mère à se pencher en arrière ;

4- il faut que le porte-bébé soit adaptable à tout moment, en fonction de celui qui porte (de ses vêtements, de sa corpulence, de son attitude), des vêtements de l'enfant
etc., ce que ne permettent malheureusement pas la plupart des porte-bébés ;

5- un portage évolutif quand l'enfant grandit, avec les mêmes caractéristiques de placement et de maintien : tourné vers l'extérieur, sur le côté ou dans le dos, afin d'en faire un accessoire qui accompagne le portage dans le temps. En effet, on sait bien que la poussette n'est pas toujours là ou pas toujours pratique, que les petits enfants qui marchent se fatiguent vite, s'endorment, s'arrêtent rapidement dans les escaliers. Bref, même si on pense ne plus avoir à porter, cela arrive bien plus souvent et bien plus longtemps qu'on ne croit.

 

                                                                          Info recueillie sur le site " écharpe de portage Kubeba  "